Aveyron Labo

Actualités

ACTU EPIDEMIO : fin de l'épizootie de grippe aviaire

Le 13 avril 2017,  la filière volaille a signé au Ministère de l'Agriculture un pacte de lutte contre l'Influenza Aviaire et de relance de la filière.

L'objectif vise à mieux détecter la maladie afin de réagir au plus vite en cas de contamination sur la base d'une géolocalisation de tous les élevages.

Depuis le 04 mai dernier, la France entière est passée en risque "négligeable" vis-à-vis de l'I.A.

Pour autant, la vigilance est de mise face à l'aviflauve sauvage.

 

 

cf. Agriculture.gouv.fr

 

Agrément C.I.R.

Vous avez un projet de Recherche et Développement ?

N'hésitez pas à contacter AVEYRON LABO qui a obtenu l'agrément par le ministère en charge de la Recherche : une partie de vos travaux de R & D réalisés en sous-traitance sont déduits des impôts (Voir les conditions : www.service-public.fr).

 

Agrément AVEYRON LABO : CIR

 

ACTU EPIDEMIO : Tuberculose bovine en Dordogne

Avril 2017,

Aux 2/3 de la campagne de prophylaxie bovine 2016-2017, 21 foyers de tuberculose bovine ont été détectés.

Une inquiétude toutefois à relativiser selon la DDCSPP24 car la  contamination intra-cheptel semble la piste la plus plausible.

L’origine de la maladie viendrait de la faune sauvage : la bactérie a été identifiée chez les sangliers et les blaireaux, mais aussi dans l’eau d’un abreuvoir en pâture.

Des mesures seront prises (en attente d'un arrêté d'application) :

  1. maîtriser la contamination inter-cheptel (mesures de biosécurité telles que des suivis bisannuels dans la zone à risque et re-contrôle de certains cheptels avant la mise en herbe)
  2. maîtriser la contamination dans la faune sauvage (mesures de biosécurité : éviter les abreuvoirs/cours d'eau communs, mesures de gestion des blaireaux, renards du gibier)

Extrait de la semaine vétérinaire : 07/04/2017

Dépistage des résidus d'antibiotiques dans la viande

La LC-SM/SM - chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse - est la nouvelle méthode utilisée en laboratoire pour rechercher les résidus d’antibiotiques dans la viande.

Cette méthode offre une grande capacité de détection des non-conformités (dépassement des limites maximales de résidus dit LMR).

61 antibiotiques peuvent être détectés.

10 laboratoires officiels d’analyse sont reconnus pour mettre en œuvre cette méthode validée selon les critères de performance européens par le laboratoire de Fougères (35) de l’ANSES.

Cette méthode permet de détecter en moyenne trois fois plus de non-conformités que le dépistage microbiologique chez les bovins et deux fois plus en moyenne chez les ovins et les caprins (étude menée entre 2011 et 2014).

De plus, les non-conformités sont supérieures chez les bovins (2,5 fois plus nombreuses que chez les ovins-caprins).

Chez les bovins, les familles d’antibiotiques les plus fréquemment à l’origine de non conformités sont :

-        tétracyclines (41 %)

-        macrolides (21 %)

-        aminosides (17 %)

-        fluoroquinolones et béta-lactamines

L’origine de ces problèmes de résidus semble le plus souvent dû aux non-respects des délais d’attente et de la prescription du vétérinaire.

Chez les ovins/caprins, les familles d’antibiotiques concernées par les résidus sont essentiellement les aminosides, l’oxytétracycline et les sulfamides.

Ainsi, le plan Ecoantibio 2017 a permis de diminuer l’exposition globale des animaux aux antibiotiques mais le contrôle reste toujours d’actualité concernant le respect des modalités d’utilisation de ces molécules.

Ref : la semaine vétérinaire N° 1710-10 mars 2017- article Brigitte Roudaut ANSES, laboratoire de Fougères.

AVEYRON LABO recherche certains résidus médicamenteux tels que les Tétracyclines, Sulfamides, nitroïmidazoles.... et est agrée par le Ministère de l'Agriculture

Antibiorésistance en santé animale

Le RESAPATH est un réseau de surveillance de l'antibiorésistance des bactéries pathogènes isolées chez les animaux malades (bovins, porcs et volailles, ovins, caprins carnivores et domestiques), animé par l'ANSES (l'Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire et de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail).

Notre laboratoire, AVEYRON LABO, adhérent au réseau, communique les données d'antibiogrammes des bactéries pathogènes des animaux analysés.

Le RESAPATH, grâce aux données de plus de 41.000 antibiogrammes de différents laboratoires (données 2015) a établi le bilan 2015 :

Globalement la tendance est à la stabilisation.

Concernant les antibiotiques critiques, il est relevé

- un taux élevé de résistance aux CEPHALOSPORINES 3è et 4è génération

            - de 4 à 6 % (veaux, chiens et chats, équidés)

             - inférieur ou égal à 3 % (poules/poulets, porcs, bovins adultes (2,4 %) et dindes

             - A NOTER : une baisse significative chez les poules / poulets, animaux de compagnie et veaux

- un taux élevé de résistance aux FLUOROQUINOLONES chez les bovins (22 %), mais stable

- une tendance générale à la baisse du phénomène de multirésistance (=résistance à au moins 3 familles d'antibiotiques), sauf pour les bovins dont la tendance est à la stabilité pour la période de 2011-2015 mais en hausse entre 2014-2015.

 

Réf : ANSES "bilan 2015 du Réseau d'épidémiosurveillance de l'antibiorésistance des bactéries pathogènes animales".

Actualités

Agro-alimentaire

Eau & Environnement

Santé animale

Produits et Services